Introduction

Tout d’abord, la Corée du Sud a, depuis la nuit des temps une hiérarchie très ancrée et stricte qui est à respecter. Si quelqu’un est plus vieux que vous, vous avez le devoir de le respecter et de vous soumettre à toutes sortes de processus.
Or, si vous vous adressez à une autre personne en prononçant son nom, cela implique une position d’égalité. Toutefois, lorsque cette personne est plus âgé que vous, cela signifie que vous ne pouvez pas la traiter en égal.
En Corée, vous avez une expression qui démontre l’importance et la priorité des anciens : «  장유유서 » transcript par « Jangyuyuseo » qui veut dire « les anciens d’abord ». Ici encore Confucius rentre dans le jeu.


Confucius, un principe de respect..

Pour Confucius, le principe des éthiques était ce qui sauverait la société du désordre et du chaos. Et ses principes ne sont pas d’une difficulté extrême à comprendre :
Premièrement, il faut montrer sa dévotion au Roi.
Deuxièmement, les enfants doivent être filial en toutes circonstances envers leurs parents.
Troisièmement, le respect pour les anciens est primordial.
Bien sûr, les anciens ne sont pas pour autant épargner par leurs devoirs. Tandis que les juniors appliquent ses devoirs de respect, les seniors ne doivent pas en abuser et ainsi retourner à leur tour, ce respect.
Par conséquent, en Corée, même si le plus jeune a un statut social plus élevé, il se doit de ne pas appeler son aîné par son nom qui implique un concept d’intimité. Cela ne sera donc pas possible dans une situation formelle ou informelle. L’aîné est en premier.

Alors comment appeler ces seniors ?

Normalement, nous utilisons le suffixe « ssi » (씨) après le nom de famille ou le nom complet de la personne considérée comme l’aîné ou avec un statut social plus important. Ce qui serait l’équivalent de « san » en Japonais ou encore « monsieur » en Français.
On peut aussi utiliser l’appellation de la profession comme docteur ou encore professeur.
Par exemple, si « Lee » est un professeur, on l’appelera Lee kyeosunim. « Kyeosu » est le représentatif du professeur et « nim » est là pour montrer l’importance et le respect pour cette personne.
On peut aussi employer « nim » avec le nom de la personne , cela est possible.
C’est un cas plus que plausible surtout quand on ne connaît pas la profession mais que l’on sait son statut social reste tout de même plus élevé.
Cependant, « nim » ne résous pas toujours le problème.
Le système coréen semble tout de même plus compliqué que cela.

Et si quelqu’un a un rang social plus supérieur mais est plus jeune que vous ?

En effet, cela peut se produire assez couramment dans la société coréenne, surtout dans les entreprises. Il suffit d’avoir plus d’expériences qu’un aîné pour parfois obtenir un poste social plus important. Dans ce genre de cas comment pourrait-on s’adresser à eux ?
Cela prête à confusion et peut même parfois déranger certains. À l’université, on a trouvé la solution. Lors d’une première rencontre, on indique seulement l’année d’études dans laquelle ils sont et non leur âge. En entreprise, on appliquera la condition du statut social. Donc ces cas-là, on appliquera un respect automatique en fonction du statut, mais il faudra tout de même garder un respect pour vos aînés.