Quelques mots sur le Rap Underground Coréen.

Le Rap Underground est un genre de rap dit « de rue » comme le spécialise son nom provenant de l’Anglais. C’est un rap qui veut se différencier du rap dit « commercial ». Bien qu’en soit, le rap dans les deux cas narre des faits communs, il y a tout de même une perspective plus restrictive dans le Rap « Commercial ».

Olltii, rappeur dans le Crew ADV.

Il y a des sujets à ne pas aborder qu’on initie, a contrario, dans la rue. Cette définition se veut générale. Elle s’applique autant en Corée qu’en Amérique du Nord ou en Europe. Seul la nature des sujets change. On parlera plus facilement des problèmes face aux comportements des riches Coréens possédant de grandes sociétés multifonctionnelles (Chaebols) ou l’esthétisme en Corée du Sud qu’aux États-Unis. C’est tout naturel de dire que le Rap Underground s’adapte en fonction de son aire géographique et culturel.

Andup, rappeur du crew Buckwilds.

Puis on retrouve le Rap FreeStyle, c’est-à-dire une improvisation a cappella ou en musique, qui s’impose à Hongdae (Quartier Jeune de Séoul) durant les premières années du vingt-et-unième siècle. Bien que son origine remonte aux années 80 aux États-Unis, cette pratique musicale s’incruste en Corée peu à peu, en même temps que la culture Hip-Hop très liée au Rap.

Damiano, rappeur indépendant.

On retrouve comme ‘pionnier’ de ce courant, Sool J qui a gagné en 2005 le Free Style Rap. Bien qu’il ait commencé dans les années 2000, ce moyen d’expression dans le rap est devenu très apprécié et continue aujourd’hui de s’incruster dans la culture rap comme on peut le constater dans des émissions récentes : Show Me The Monney et Pretty RapStar.

SoolJ, rappeur et grande figure du FreeStyle en Corée du Sud grâce à une compétition en 2005.

Beaucoup de crews grandissent en Corée du sud. Ce sont des rappeurs indépendants qui décident de se mettre en groupe pour se soutenir et avoir un impact plus important sur le public. Cela permet de produire des concerts plus souvent et facilement alors que seuls ils ne pourraient pas s’offrir ce luxe.

Cette vidéo présente l’un des plus significatifs rappeurs en Corée du Sud. Une grande figure bien qu’il ne soit plus dans l’underground mais dans l’Industrie commerciale : Outsider. Cette figure du rap coréen peut rapper jusqu’à 21 syllabes en une seconde. Son talent n’est plus à démontrer et sa rapidité à rapper provoque l’envie de beaucoup.